Grosse lune voilée/Jour de râles de louve

J’erre comme une vieille louve dépenaillée,

L’irritation au bord des dents.

J’ai le poil en touffes et les omoplates creuses.

Une vieille déprime au bout des reins.

Mordre m’abjecte, tout contact est intolérable.

Vivre hérissée, le temps que passe

Cette détestation cosmologique.

Je traîne ce karma dans les sous-bois,

Comme un fœtus avorté qui me resterait accroché au nombril.

Me sauverait sûrement, ces jours-là,

Le combat imposé avec un ange d’apocalypse

Vêtu entièrement de métal chromé

Et maniant l’épée avec panache.

©CatherinePierloz2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.