Suppôts et supplications – Antonin Artaud

EXE_Artaud.indd

J’essaie de rendre sa vieille efficacité magique, son efficacité envoûtante, intégrale au langage de la parole.


L’idée d’une certaine poésie dans l’espace qui se confond elle-même avec la sorcellerie.


Le parasite dieu est sur moi et me suit partout où suppura ma vie.


Inventer une lettre à la fois corps et souffle.


Se laisser pénétrer et violer par la conscience de tout le monde, de telle sorte qu’on ne soit plus, dans son corps, que le serf des idées et réactions de tous.


Barrage obscur qui a empêché, physiquement, les mots de sortir de ma bouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *