Je suis venue là, moi, la fainéante – Anna Akhmatova

Je suis venue là, moi la fainéante,

Qu’importe où je vais m’ennuyer!

Sur la colline un moulin somnole.

On peut se taire ici des années.

Au-dessus des liserons secs

L’abeille passe d’un vol mou.

Près de l’étang, j’appelle l’ondine.

Mais l’ondine est morte.

L’étang, le large étang se remplit

De boue couleur de rouille. Il s’envase.

Sur le frémissement du tremble s’est posée

La lumière légère de la lune.

Je note tout. Tout me paraît nouveau.

Les peupliers ont une odeur humide.

Je me tais. Je me tais. Je suis prête.

Ô terre, à être terre comme toi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *