Maudite, le temps que durent les roses

Jusqu’à quand les contes nous seront-ils garants, comme La Belle au bois dormant l’aura été pour moi, que le maître de jeu continue d’être le désir en quête de lui-même? Le peu qui reste de liberté en dépend. (Annie Le Brun, Un espace inobjectif)


Elle rôde sous le front, butée comme une prophétie de novembre.

Même taiseuse, tu entends ses menaces.

Elle se croit de haute tenue.

Elle vole large, la rapace, elle accapare tout.

Pourtant, tu crois encore que tu peux la faire mentir.


Création à venir, dans le cycle des contes merveilleux (La Belle au Bois Dormant)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s