Le soleil sait/Une anthologie vagabonde (traduite par Angélique Ionatos) – Odysseas Elytis

A propos de ses origines, Odysseas Elytis déclare : « Mon enfance est pleine de roselières; j’ai dépensé beaucoup de vent pour grandir. C’est à ce prix que j’ai appris à discerner les moindres crissements, à éclairer les mystères. »

Odysseas Elytis croit fermement que la poésie – mais aussi les autres arts, comme la peinture qu’il a étudiée et pratiquée en amateur – a pour but de cristalliser « l’instant absolu » qu’il associe à la justice et au Paradis. Sachant que s’il ne nous est pas donné d’atteindre le paradis, nous devons néanmoins le cultiver dans le jardin de notre imagination pour pouvoir le vivre au quotidien.


Dans le voisinage des ancres

– Lorsque passent les impétueuses carènes déchirant

Un nouvel obstacle et l’emportent victorieuses

Et que l’espoir brille de tous ses dauphins

Privilège du soleil dans le cœur de l’homme –

Les filets du doute ramènent

Une effigie de sel

Ciselée avec peine

Blanche et indifférente

Qui tourne vers la haute mer ses yeux vides

Portant l’infini.

Orientations, 1940 (extrait)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.