©Michèle Maquet - Maudite

Maudite, le temps que durent les roses

Photo : ©Michèle Maquet


Jusqu’à quand les contes nous seront-ils garants, comme La Belle au bois dormant l’aura été pour moi, que le maître de jeu continue d’être le désir en quête de lui-même? Le peu qui reste de liberté en dépend.

(Annie Le Brun, Un espace inobjectif)


Puisque plus rien d’autre ne me reste Entre les quatre murs, le plafond, le sol Je crie par toi et ma voix me revient. .

J’exhale ton odeur à en effaroucher les hommes Parce que le non-éprouvé et ce qui vient d’ailleurs Les humains ne peuvent l’endurer et il est trop tôt, m’entends-tu Il est encore tôt dans ce monde mon amour .

Pour parler de toi et de moi.

(Odysseas Elytis, Le monogramme)


Textes dans le sillage de Maudite, le temps que durent les roses