Source : https://www.economist.com/1843/2018/07/03/laszlo-krasznahorkai-and-his-spellbinding-sentences

Au nord par une une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau – Laszlo Krasznahorkai

Lors du premier arrêt du train de Keihan après Sichijo, personne ne descendit, personne ne monta, le train s’arrêta, les portes s’ouvrirent automatiquement, puis, quelques secondes plus tard, se refermèrent en émettant un long soupir, le chef de gare leva … Continuer de lire Au nord par une une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau – Laszlo Krasznahorkai

Le soleil sait/Une anthologie vagabonde (traduite par Angélique Ionatos) – Odysseas Elytis

A propos de ses origines, Odysseas Elytis déclare : « Mon enfance est pleine de roselières; j’ai dépensé beaucoup de vent pour grandir. C’est à ce prix que j’ai appris à discerner les moindres crissements, à éclairer les mystères. » Odysseas Elytis … Continuer de lire Le soleil sait/Une anthologie vagabonde (traduite par Angélique Ionatos) – Odysseas Elytis

Paterson – William Carlos Williams

La descente nous attire                comme nous attira la montée                              La mémoire est une manière     d’accomplissement                une manière de renaissance                              et même      une initiation, puisque les espaces qu’elle révèle sont      de nouveaux territoires                peuplés de hordes                              jadis inaperçues,      d’une autre espèce –                puisque leurs déplacementsont pour buts d’autres buts      (même s’ils furent, en … Continuer de lire Paterson – William Carlos Williams

Esthétique de la rencontre – Baptiste Morizot, Estelle Zhong Mengual

Ce que nous fait voir l’esthétique de la rencontre, c’est que le phénomène de réception individuante d’une œuvre peut être pensé comme l’effet retardé d’une première expérience individuante que serait la création de l’œuvre pour l’artiste. Si la rencontre avec … Continuer de lire Esthétique de la rencontre – Baptiste Morizot, Estelle Zhong Mengual

Les étoiles meurent d’elles-mêmes. Dialogue d’outre-tombe entre Nelly Arcan et Sophie Podolski – Jacques Beaudry

NELLY – J’étais le nœud que mon écriture devait servir à dénouer, mais qu’elle n’a fait que resserrer. En écrivant, je ne me suis libérée de rien du tout. En écrivant, je me suis mis la corde au cou. SOPHIE … Continuer de lire Les étoiles meurent d’elles-mêmes. Dialogue d’outre-tombe entre Nelly Arcan et Sophie Podolski – Jacques Beaudry

Radovan Ivsic et la forêt insoumise – Annie Le Brun

Sans doute (Radovan Ivsic) a-t-il eu l’intuition qu’il ne nous reste rien d’autre que de retrouver au cœur de la forêt, là où elle surgit dans son innocence première, la force d’insoumission native que les civilisations se chargent de nous faire oublier. Telle aura été sa quête sans beaucoup d’équivalents, dont on voudrait rendre compte ici, en faisant voir comment la singularité d’un parcours se trouve au plus profond d’une nuit commune dont l’obscurité resplendit de la diversité des époques, des origines, des styles… Nuit sauvage des désirs et des affrontements, nuit silencieuse des objets et des signes, nuit troublante … Continuer de lire Radovan Ivsic et la forêt insoumise – Annie Le Brun

Le conteur, la nuit et le panier – Patrick Chamoiseau

Dans l’effervescence relationnelle des langues, les vieilles partitions de l’oral et de l’écrit, du poème formel, du récit, du roman, de la nouvelle, du chant, du théâtre, de l’essai… s’estompent au profit d’événements langagiers, véritables organismes narratifs qui tentent, sinon … Continuer de lire Le conteur, la nuit et le panier – Patrick Chamoiseau

La littérature à l’estomac – Julien Gracq

Photo en-tête d’article : ©Gérard Bertrand des Visions photographiques – https://www.gerard-bertrand.net/index_rencontres_gracq.html La demande harcelante de grands écrivains fait que presque chaque nouveau venu a l’air de sortir d’une forcerie: il se dope, il se travaille, il se fouaille les côtes: … Continuer de lire La littérature à l’estomac – Julien Gracq