Le conteur, la nuit et le panier – Patrick Chamoiseau

Dans l’effervescence relationnelle des langues, les vieilles partitions de l’oral et de l’écrit, du poème formel, du récit, du roman, de la nouvelle, du chant, du théâtre, de l’essai… s’estompent au profit d’événements langagiers, véritables organismes narratifs qui tentent, sinon … Continuer de lire Le conteur, la nuit et le panier – Patrick Chamoiseau

L’eau se mêle à la boue dans un bassin à ciel ouvert – Keith Basso

« Le corps et l’esprit », affirme Baruch Spinoza, « sont une seule et même chose ». Si l’on tient cette affirmation pour vraie, il est difficile de concevoir une construction culturelle à l’influence spatiale aussi intimement liée aux idées de soi que la … Continuer de lire L’eau se mêle à la boue dans un bassin à ciel ouvert – Keith Basso

La forêt sonore. De l’esthétique à l’écologie – Jean Mottet (sous la direction de)

Ce grand vide des manières de nommer les cris et les bruits des animaux interpelle. Il y a là un champ de recherche totalement inexploité. Plus encore que d’autres espaces, la forêt bressonienne voit s’affronter les grands principes antagonistes. Le … Continuer de lire La forêt sonore. De l’esthétique à l’écologie – Jean Mottet (sous la direction de)

Vers des humanités écologiques, suivi de Oiseaux de pluie – Deborah Bird Rose

La nouvelle écologie démarre avec cette assertion fondamentale : celle que l’unité de la survie n’est pas l’individu ni l’espèce, mais l’organisme-et-son-environement. S’ensuit le fait qu’un organisme qui détériore son environnement commet un suicide. Et, par extension, qu’être est un … Continuer de lire Vers des humanités écologiques, suivi de Oiseaux de pluie – Deborah Bird Rose

Cassandre – Catherine Lalonde

Tu cherches dans l’affreux le petit-lait du monde la mamelle des rêves son jus noir tu bouffes de la terre comme une bête angoissée tu devances la tourbe qui t’ensevelira et pousse tout un royaume au fin fond de ta gorge tu presses entre tes crocs les pierres le sédiment d’histoire le mica des colères plus tard les pissenlits les faux foins te pousseront dans les yeux les restes dans ta bouche rance aux lendemains de veille un marc de folies où tu lis les venirs Continuer de lire Cassandre – Catherine Lalonde