Catherine Pierloz est née un dimanche de janvier, autrefois, à Bruxelles. Elle pratique l’écriture, la lecture, la pensée disparate et la transmission viscérale. Elle est conteuse car elle trouve là un terrain de jeu entre mémoire, parole et poésie. Ses préoccupations actuelles sont tournées vers la rencontre ambigüe entre le merveilleux et la géopoétique (selon Kenneth White). Des souterrains à l’espace blanc, donc.


Par ailleurs : 

  • elle mène un combat acharné contre les tyrannies de l’ego.
  • s’il lui fallait choisir un camp, elle lutterait aux côtés de ceux qui n’ont aucune chance.
  • ordonner le monde et laisser le chaos mener la danse est son ambivalent combat personnel.
  • le vautour est son animal totem.